À propos de nous

Organisme sans but lucratif fondé en 2000 sous le nom de Réseau québécois du crédit communautaire (RQCC)MicroEntreprendre porte son nouveau nom et arbore une nouvelle image depuis mars 2017. Unique en son genre et novateur en matière de financement communautaire responsable, il se veut un acteur proactif de développement économique et social dans les communautés.

Suite à une restructuration de son réseau qui visait l’intégration de 10 cercles d’emprunt vers 12 fonds d’emprunt, MicroEntreprendre compte maintenant 15 organismes membres répartis dans 12 régions administratives du Québec. Ces organismes offrent aux personnes qui n’ont pas accès aux formes de crédit traditionnels, l’accompagnement, le financement et le suivi nécessaires pour mettre sur pied ou consolider leur entreprise individuelle ou collective.

En tant qu’acteur de soutien en entrepreneuriat, MicroEntreprendre se trouve au premier échelon de la chaîne québécoise de financement solidaire. Sa mission est :

  • de promouvoir et de développer l’approche du crédit communautaire dans une perspective de mieux-être individuel et collectif et d’inclusion sociale;
  • de soutenir ses membres dans le développement des services aux communautés; et
  • de représenter leurs intérêts  auprès des divers partenaires, investisseurs et instances économiques.

L’assemblée de MicroEntreprendre est constituée de ses organismes membres et d’un membre partenaire. Son conseil d’administration se compose de 6 membres élus par l’assemblée et d’un membre coopté.

 

Le conseil d'administration

Mona Beaulieu

Mona Beaulieu
Présidente
Directrice Fonds communautaire d’accès au micro-crédit

Wilson Angarita

Wilson Angarita
Vice-président
Directeur général du Fonds d’entraide communautaire

Martine Plourde

Martine Plourde
Secrétaire-trésorière
Directrice générale d'Option Femmes Emploi

Myriam Arsenault

Myriam Arsenault
Administratrice
Conseillère, entrepreneuriat et créneaux d'excellence
Ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation

Carole Gagnon

Carole Gagnon
Administratrice
Directrice générale de la Société communautaire lavalloise d’emprunt

Anne Kettenbeil

Anne Kettenbeil
Administratrice
Directrice générale de l’Association communautaire d’emprunt de Montréal

Mot de la présidente

L’année qui se termine en fut une de grandes émotions et de grands changements. Le Réseau québécois du crédit communautaire a dû, sous la double impulsion de son conseil d’administration et du gouvernement du Québec procéder à des analyses en profondeur de ses activités, de leur retombées et de leur efficacité. Les résultats de cette importante réflexion – qui se poursuit toujours – devront se mettre en place au cours des prochains mois. Toutefois, nous savons déjà que notre financement de base est assuré et la qualité de notre prestation de service doit continuer de s’améliorer.

Les membres de MicroEntreprendre basent leurs pratiques sur une expérience de plus de 20 ans. Au fil des ans, le RQCC et ses 22 membres, répartis à travers le Québec, ont bâti un fonds de capitalisation privé qui est aujourd’hui riche de 5,7 millions de dollars.

Ces sommes servent essentiellement à permettre aux entrepreneurs qui n’ont pas accès au crédit traditionnel de lancer leur propre entreprise. Pour l’année 2014-2015, le RQCC a accompagné plus de 2 100 entrepreneurs et a permis la création et le maintien de 460 entreprises ainsi que la création et le maintien de 970 emplois à travers le Québec, grâce aux 192 prêts qui ont été octroyés.

Une riche contribution de la société civile et une capitalisation privée

On le voit, le cœur de notre réseau, la force de son action, c’est d’abord et avant tout son expertise, son capital humain et son fonds de capitalisation. Ce fonds de 5,5 millions de dollars appartient, rappelons-le, à nos membres. Pour le bâtir, pour rassembler ces sommes, les membres du RQCC ont fait appel aux différents acteurs de leur communauté. Ces derniers, comprenant avec acuité l’excellence des résultats du crédit communautaire ne se sont pas faits prier et ont donné les moyens à nos membres de réaliser leur mission. Les donateurs et investisseurs ont compris qu’avec cet argent, le crédit communautaire améliorait de manière significative le sort des communautés. Avec ces sommes, ils aident des personnes sans emploi à s’en créer un, ils permettent au  gouvernement de cesser de payer des prestations d’assurance emploi et de sécurité du revenu, pour plutôt percevoir taxes et impôts. Ils ont aussi compris que pour avoir des collectivités économiquement vigoureuses, chacun devait faire sa part.

Ces 5,7 millions de dollars de capitalisation privée, c’est notre trésor de guerre, notre actif le plus précieux. Ces fonds n’appartiennent ni au gouvernement, ni aux banques. Ils appartiennent aux communautés de ceux et celles qui ont donné. C’est une richesse inestimable d’où découle notre modèle d’affaires innovant dans lequel, gouvernement et société civile s’allient autour du développement économique et la réduction des inégalités sociales.

Nous sommes les seuls préteurs à intervenir auprès de notre clientèle et les besoins que nous comblons ne cessent de croître. Afin de nous assurer de répondre à un maximum d’entrepreneurs en devenir, nous travaillons en ce moment à une nouveauté : la mise sur pied du Fonds de développement du crédit communautaire du Québec.

D’ici trois ans, nous avons comme objectif d’être dotés d’un fonds national de 1,2 millions de dollars que nous pourrons alors prêter à nos membres ayant un besoin aigu d’argent à investir. Cette somme s’ajoutera au  capital que chacun de nos membres possèdent déjà en fonds propre.

Le maintien d’un  appui gouvernemental

Dans un autre ordre d’idées, nous avons dû, au cours des derniers mois, répondre au gouvernement du Québec et présenter, au ministère de l’Économie de l’Innovation et de l’Exportation ainsi qu’à la Commission permanente de révision des programmes, les résultats obtenus ces dernières années en plus des plans et objectifs que nous avons pour le proche avenir.

Nous avons toujours été proactifs et avons systématiquement eu à cœur d’organiser notre action en visant l’excellence des résultats, ce qui nous a permis de maintenir notre financement gouvernemental. Il faut savoir que si nos fonds de capitalisation – l’argent que nous prêtons – appartiennent à nos membres, nos fonds de fonctionnement, eux, proviennent essentiellement des gouvernements. Nous avons convaincu le politique de maintenir l’appui qu’il nous accorde. Ce faisant, le Gouvernement du Québec, a, à nouveau, reconnu la pertinence et l’efficacité de notre action comme l’unicité de notre expertise. Nous avons toutefois vu une diminution de nos budgets. Dans les circonstances, nous nous en tirons plutôt bien et nous sommes fiers de la reconnaissance obtenue de la part du gouvernement du Québec, qui est et qui demeure, par l’importance de sa contribution financière à nos activités, notre partenaire le plus important.

Je tiens sincèrement à saluer le travail des 60 employés et des 340 bénévoles, qui œuvrent dans l’une ou l’autre de nos organisations membres. Je tiens aussi à saluer les membres de notre conseil d’administration ainsi que la permanence de MicroEntreprendre sans qui nos succès seraient impossibles.

Source : Rapport annuel 2014-2015

La permanence

Roselyne Mavungu

Roselyne Mavungu
Présidente-directrice générale
rmavungu@microentreprendre.ca


Bruno Dion
Gestionnaire de partenariats
partenariats@microentreprendre.ca


Marie-Sarah Darnaudet
Adjointe aux communications et à l'administration
adjointe@microentreprendre.ca


Stéphanie Navarro
Conseillère aux communications